Le lac des singes, Marcus Malte

Publié le par Emeraude

"Le lac des singes" deuxième roman de Marcus Malte paraît en Folio Policier ! (Impossible cependant de trouver une image de cette édition) Comme pour son premier roman, je n'ai pas hésité une seconde à me jeter dessus.

En lisant les premières pages, j'ai tout de suite ressenti l'ambiance propre à la plume de Marcus Malte... Et j'ai retrouvé Mister, pianiste de jazz, dont la peau noire est toute aussi belle que les morceaux qu'il joue...

Et quelle ne fut pas ma surprise quand je lis que Le Gros, un vieil ami musicien de Mister, l'appelle pour lui demander de remplacer son pianiste et venir à Evian !
Evian-les-Bains est une ville qui m'est très chère. Le lac léman est un lieu qui m'est très cher. Une source d'eau qui m'apaise, qui m'inspire. Des souvenirs... Beaucoup de choses pour moi là bas.

Et Marcus Malte situe son deuxième polar là bas ! Dans cette ville où il ne se passe absolument rien. Où il y a un casino et une cure thermale. Des vieux qui promènent leur chien et quelques touristes qui profitent des plages de galets et se baignent dans le lac...
Sauf que chez Marcus Malte, chaque personne qui gagne le gros lot à la roulette finit par mourir d'une balle dans la tête. Même le neveu du président de la République !

En ça, "Le lac des singes" ressemble plus à un polar qu'à un roman noir parce que c'est, je crois, le seul roman que j'ai lu de lui où je me suis réellement posé cette question : "Qui est le tueur ?"

Pourtant, le style ne permet pas de dire de ce superbe roman que c'est un polar. Encore une fois on ne comprend pas bien, c'est flou tout en étant un brin poétique. Un homme qui a enregistré sa vie sur des cassettes que Mister écoute avec le commissaire dans la cave du comissariat, comme s'il se retrouvait en prison.
Et des personnages tous aussi perturbant les uns que les autres. Le portier, le chauffeur de taxi, le magicien, le comissaire....

Je vais me répéter mais dès ce deuxième roman (et dès le premier même), Marcus Malte a su créer un style, un univers, une ambiance.
Une plume qui dans ce polar n'est pas encore aussi poétique que dans "La part des chiens". Un univers pas encore aussi glauque que "Garden of Love".

Mais du Marcus Malte, comme on l'aime.

PS : et je l'aime malgré le fait qu'il fasse de ce lac un lieu noir aux eaux profondes où se cachent des secrets et la misère des hommes. Alors que pour moi ce lac est si bleu et si pur...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chiffonnette 01/11/2009 09:10


Vendu! Je vais m'y mettre!


Emeraude 01/11/2009 21:03


Bonne nouvelle ! :-)


Choupynette 26/10/2009 12:15


LA scène?? ah la la, tu me mets la pression là! ;P


Emeraude 28/10/2009 21:05


Ah je suis sûre que tu viendras me revoir (ici bien sûr ;-)) quand tu l'auras lue ! :-)


Choupynette 25/10/2009 19:04


pour me défaire de mon inculture concernant cet auteur, j'ai trouvé à la bibli Carnage, Constellation... on verra bien!


Emeraude 25/10/2009 19:20


Ah !! Carnage constellation n'est pour moi pas son meilleur. Mais tu verras que lorsque tu liras LA scène, tu comprendras tout le talent de Marcus Malte
!!


Choupynette 20/10/2009 09:52


bah, en fait, tout dépend quand c'était, vu qu'il m'est arrivé de n'être pas très assidue aux blogs par moments! ;)


Choupynette 19/10/2009 11:46


Voilà un auteur de polar qui est passé au travers de mes filets..! ton enthousiasme est communicatif en tout cas, et je ne manquerait pas de jeter un oeil à la biblio pour voir si il y est!


Emeraude 19/10/2009 21:09


mais comment c'est possible ??? Tu n'as jamais entendu parler de Marcus Malte ?? C'est pas possible, tu as forcément du lire des billet sur Garden of Love
!!