A l'abandon, Laurence Tardieu & Aude Samama

Publié le par Emeraude

Voilà un court texte de la plume de Laurence Tardieu, illustré par Aude Samama.

Une femme, que j'imagine jeune, est allongée dans l'herbe. Et elle se laisse aller à rêver... Elle s'abandonne totalement. Elle va de l'enfance en passant par la quasi jouissance, jusqu'à la mort pour se réveiller et trouver l'amour...

Dit comme ça, ça paraît étrange.
Car finalement, avec sa plume qui me touche décidément à chaque fois, une plume douce, légère et profonde en même temps, Laurence Tardieu nous raconte les endroits où cette femme se rend lorqu'elle ferme les yeux et que son pied touche l'herbe fraîche... Ses souvenirs, ses désirs, ses peurs aussi...

C'est un simple texte où une jeune femme se souvient, ou essaie de se souvenir. Mes premières phrases donnent l'impression de quelque chose d'un peu mystique.
Ca l'est peut-être mais pour moi, encore une fois, j'ai juste eu le sentiment de lire un rêve.

Un doux rêve que j'ai pu ressentir comme la narratrice qui voit le visage de sa mère au dessus d'elle, comme lorsqu'elle était enfant. Un rêve qui devient un cauchemar quand les vagues qui la bercent doucement semblent l'emporter vers le fond des ténèbres, un rêve qui devient réalité quand le visage de cet homme apparaît au dessus d'elle, et qu'elle peut le toucher.

A l'abandon est un très court texte, dont les illustrations m'ont presque gênées car j'ai trouvé qu'elles rendaient le texte justement trop réel. Alors que le titre exprime si bien que cette femme se perd tout simplement dans ses pensées un jour d'été...
A l'abandon est donc un court texte sur lequel j'ai décidement beaucoup de choses à dire. Et comme à chaque fois avec les romans de Laurence Tardieu, je n'ai pas envie de m'arrêter, simplement parce que ça fait durer le plaisir de lecture.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylire 28/05/2010 21:40


Je suis contente de lire une interprétation de ce texte que je viens de lire. Je suis tout à fait d'accord avec toi sur les illustrations qui ne correspondent pas non plus à ce que j'ai ressenti à
la lecture. J'aurais imaginé quelque chose de plus vaporeux.
Je n'ai pas imaginé cette femme jeune, contrairement à toi. Et à la fin du texte j'ai imagine que l'homme qui se penchait n'était pas réel... que ce rêve était si fort qu'il donnait une impression
de réalité d'où cette phrase finale "j'aurais voulu que cela ne finisse pas.Que plus jamais le jour ne se lève.


Mango 09/11/2009 09:00


Je suis une inconditionnelle de Laurence Tardieu! Le titre du livre m'a fait peur! J'ai cru que tu n'avais pas lu jusqu'au bout, par manque d'intérêt! Heureusement, ce n'était qu'un malentendu! Je
note donc ce livre!


Emeraude 09/11/2009 21:56


Sache que les titres de mes billets se cantonnent toujours au titre du livre... et abandonner un Laurence Tardieu ??? JAMAIS !!! Comme toi je suis plus qu'une
inconditionnelle, je suis une trèèès grande admiratrice !