La voiture de pompier disparue, Sjöwall & Wahlöö

Publié le par Emeraude


Me voilà repartie dans la 5è aventure de Martin Beck et ses amis.
Ca commence très fort : un homme s'est suicidé chez lui et le seul message qu'il a laissé est le nom de Martin Beck sur un bout de papier. Or ce dernier n'a jamais entendu parler de lui.
Et puis Gunvald Larsson prend la relève d'un jeune policier qui gèle sur place en surveillant un suspect (sauf qu'il ne save pas vraiment pourquoi on lui a demandé de le surveiller). Au bout de 16 minutes, l'immeuble explose.
Incendie criminel ou accidentel ?
L'équipe de Martin Beck va se pencher sur la question...

Je parle de Martin Beck mais finalement on voit beaucoup plus ses coéquipiers que lui. Kollberg, Larsson ainsi que quelques jeunes policiers qui avaient fait des erreurs dans les livres (enquêtes) passées. Il y a un petit nouveau, Shacke, à qui on donne des missions risibles et sans intérêt mais qui veut devenir chef de police...

Et puis on en apprend un peu plus sur l'entourage de Martin. On fait connaissance avec sa mère, on retrouve son fils et sa fille, respectivement 13 et 16 ans. Martin entretient une bonne relation avec sa fille et c'est plutôt agréable de voir les liens de famille évoluer chez ce policier auquel je me suis attachée.

Mais finalement j'ai été plutôt déçue par ce titre là.
Côté roman social, il n'y a pas à dire, ça reste un super roman qui dénonce toujours la guerre au Vietnâm, qui montre une vie en Suède pas toujours facile, qui dénonce le nombre de suicides, qui parle de l'immigration, qui met le doigt sur les problèmes de la police suédoise, loin d'être parfaite...
Mais côté enquête et roman policier je me suis un peu ennuyée.

Peut-être que j'ai lu les 5 premiers trop vite ? De toute façon je suis maintenant obligée d'attendre les parutions en poche au compte goutte puisque rivages n'a ré-édité que les 5 premiers.

Même si cet opus m'a moins plus, c'est vrai qu'il y a certaine scène plutôt drôle, du moins qui vous arrache un sourire, notamment au sujet du titre et de la voiture de pompier disparue qui s'avère être un jouet mais qui sera finalement un élément clé dans la solution du problème.
En tout cas, j'ai pris trop de plaisir à lire la moitié de la série pour ne pas lire la suite. Mais une pause fera sûrement le plus grand bien !

Publié dans Littérature suédoise

Commenter cet article

cathe 05/10/2009 09:20


Je les ai lus il y a (très) longtemps mais il parait qu'il faut les découvrir avec les nouvelles traductions ;-)


Emeraude 08/10/2009 11:52


oui les traductions peuvent changer du tout au tout ! :-)


Theoma 21/09/2009 20:14

une série que je ne connais pas du tout. Tu as l'air déçue. En vaut-elle la peine ?

Emeraude 23/09/2009 22:33


Je suis déçue par ce titre là uniquement. Je te recommande fortement la série. Je suis devenue une fervente fan de Martin Beck et de ces polars suédois des
années 60 !


alain 20/09/2009 12:00

Je crois l'avoir lu il y a longtemps en 10/18?

Emeraude 23/09/2009 22:33


Oui, c'était bien édité chez 10/18 avant. Mais rivages a racheté les droits a priori !


Michel 20/09/2009 10:47

ont ils prévus d'éditer les autres ? j'ai l'impression qu'il y a 10 ans que le dernier est paru

Emeraude 23/09/2009 22:32


Oui oui, les 10 tomes doivent être réédités. D'ailleurs je viens d'avoir l'info que les tomes 6 et 7 paraissaient le 4 novembre. Patience !