Le roi des mensonges, John Hart

Publié le par Emeraude


Après avoir été très déçue par les polars de la sélection du mois d'avril (à tel point que je n'en ai même pas parlé), je ne m'attendais franchement pas à grand chose des des deux polars du mois de mai...

Jackson Pickens, alias Work, est avocat. Son père a disparu 18 mois plus tôt, le même soir où sa mère est morte. Les flics sont persuadés qu'il est coupable. Un gros héritage à la clé est le meilleur mobile. Lui-même pense que sa soeur, Jean, mal dans sa peau et ayant eu une grosse dispute avec son père le soir de sa disparition a appuyé sur la détente. Mais il aime tellement sa soeur qu'il est prêt à flancher pour elle...

L'histoire en elle-même paraît assez banale. Elle l'est d'ailleurs. Les personnages aussi : un avocat très réputé (Ezra Pickens, le père) malhonnête, mysogine, venant d'un milieu pauvre et le reniant ; un homme qui suit les traces de son père sans s'en rendre compte, qui épouse une femme qu'il n'aime pas sans s'en rendre compte ; cette dernière pour qui le paraître est plus important que tout...

Pourtant, il y a quelque chose de très bon dans ce polar, que j'ai lu quasiment d'une traite je l'avoue, avec même un certain mal de ventre à force de crispation.
Même si au fond la fin est assez prévisible, ça n'empêche pas le suspens d'être bien présent. Et même si les personnages et les relations qu'ils entretiennent entre eux ne sont pas extraordinaires, il règne quand même une ambiance pesante...

Donc malgré quelques défauts (dont un énorme de traduction "there's other fish in the sea" qui veut dire "une de perdue dix de retrouvées" a été traduit littéralement, là, j'avoue, c'est une honte !), qui font que ce polar n'est pas extraordinaire, il n'en est pas pour autant mauvais !

Commenter cet article

Val 29/05/2009 20:37

Je suis bien naïve parfois. J'ai découvert le tueur en même temps que Work ;-)

Emeraude 30/05/2009 20:07


ça remonte déjà à loin pour moi mais je n'avais pas découvert le tueur non plus ! Juste qu'elle n'était pas forcément très clair :-)


secondflore 09/05/2009 14:33

"Ne t'en fais pas, il y a d'autres cailloux sur la plage" (dans le scriptorium - P. Auster, trad. C. Le Boeuf).
J'ai pensé à toi ;)
(NB - mais cela s'entend ici, puisque le texte continue : "C'était la première fois que M. Blank entendait cette expression et il trouva curieux que l'on comparât les filles à des cailloux...")

Emeraude 10/05/2009 00:50


J'allais dire "tiens, ça ne m'a pas choqué en le lisant" mais c'est normal car je l'ai lu en VO ! ;-)
Et pour reprendre sur ton NB, dans ce cas-ci, le texte continue : "on ne doit pas pêcher dans les mêmes eaux" alors on pourrait comprendre que... mais je pense qu'en fait, le traducteur savait très
bien comment traduire la première expression mais ne devait pas savoir comment retomber sur ses pattes pour la phrase suivante ! quel dommage...


Lilibook 07/05/2009 16:53

IL y a parfois des surprises même quand l'histoire ressemble à une autre. On ne sait pas pourquoi elle nous tient, mais il y a un petit quelque chose qui fait que sa lecture nous tient de force. J'aime ce genre de livre.

Emeraude 08/05/2009 20:16


Oui, c'est vrai... pourtant aujourd'hui je n'ai pas l'impression que ce polar m'a tant tenu que ça... comme "deux femmes" je dirais simplement que ce n'est pas
trop mal...


chiffonnette 06/05/2009 20:37

Que du polar du côté de chez toi! Bon, je passe juste te faire un coucou!

Emeraude 08/05/2009 20:16


je te rassure, ça va changer! même s'il y aura toujours beaucoup de polars par ici je crois ! ;-)


Karine:) 06/05/2009 12:40

Je n'ai pas grand chose à dire sur ce polar (à part que bon, pas certaine du tout!!) mais quand même, je profite de mon passage pour te faire un petit bonjour :)

Emeraude 08/05/2009 20:16


c'est gentil ! merci Karine ! à bientôt !!! ;-)