La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano

Publié le par Emeraude


Contrairement à ce que vous pensez, je n'ai lu qu'un seul billet concernant ce livre sur la blogosphère (pour la simple et bonne raison que je passe de moins en moins de temps sur la blogosphère!) : celui d'InColdBlog.

Sa superbe critique a donc eu raison de moi, ainsi que le mot magique "jumeau".

Mattia a perdu sa soeur jumelle.
Alice a eu un accident de ski.

Deux évènements arrivés pendant leur enfance qui ont fait de Ali et Mattia des ados et des adultes emprunt de solitude, évoluant dans un monde qui ne leur ressemble pas.
Ali et Mattia sont des ados et des adultes gravitant l'un autour de l'autre, dans l'espoir de se trouver un jour, peut être.
Ce sont des ados et des adultes qui souffrent, qui ont du mal à être, du mal à vivre dans le monde tel qu'il est. Ils ont leur monde.
On a envie de croire qu'ils se comprennent, ces deux nombres premiers qui font chacun souffrir leur corps à sa manière...

Mais la force de ce roman, pour moi, c'est qu'on ne sait pas vraiment. Je crois qu'on ne pourra jamais comprendre ce que ces deux là ressentent réellement.
On ne comprendra jamais la douleur, la solitude, la sensation d'être seul quand il y a quelqu'un à côté, un ami, une amie qui partage cette solitude...

Et si j'ai le sentiment que ce roman peut vite s'oublier, ça ne m'empêche pas de le trouver fort, très triste, poignant, émouvant, boulversant...

Publié dans Littérature italienne

Commenter cet article

Neph 10/05/2009 13:52

Bonjour !

Je l'ai lu également, et j'avais été charmée :) J'attends un deuxième livre du même auteur !

Lael 20/04/2009 12:50

poignant et bouleversant, en effet, j'ai trouvé ce roman très réussi!

Emeraude 23/04/2009 23:09


oui, même si je confirme ce que j'ai pensé en le refermant... qu'il peut être vite oublié (tout dépend de ce qu'on lit derrière! ;-))


Aifelle 16/04/2009 06:31

Je me rends compte que c'est difficile de préciser mon ressenti sur ce livre (intrigant !). Je ne me suis pas attachée aux personnages, pourtant je me disais que j'aurais dû ! J'ai trouvé le malheur de Mattia bien supérieur à celui d'Ali évidemment. D'ailleurs je regrette que la piste de la soeur "vue" (?) vers la fin ait été abandonnée. Cette histoire aurait-elle été trop douloureuse pour moi si je n'étais pas restée aussi extérieure ?? Bref, tu vois ce livre ne m'a pas laissée indifférente.

Michel 15/04/2009 21:05

Je viens de te taguer ! hi hi

Emeraude 15/04/2009 21:25


ah tiens, ça fait une éternité que je n'ai pas répondu aux tags... je vais de ce pas aller voir de quoi il en retourne ! :-)


choupynette 15/04/2009 20:35

j'ai beaucoup aimé, même si je ne me suis pas sentie proche de ces personnages.

Emeraude 15/04/2009 21:26


c'est dur je pense, de se sentir proche d'eux. Mais je les ai trouvé attachants.