Le grand sommeil, Raymond Chandler

Publié le par Emeraude

Le club des théières fête ce mois-ci sa première année d'existence. Ainsi avons-nous choisi (pour ne pas dire imposer) le thème Anniversaire pour la session d'octobre (qui s'est d'ailleurs déroulé en novembre...)
Pour ma part, j'ai choisi de lire Le grand sommeil de Raymond Chandler. En effet, Folio Policier fête cette année dignement ses 10 ans et a, exprès pour l'occasion, édité des titres épuisés avec en prime le DVD de l'adaptation cinématographique.

J'ai donc lu le livre pour m'empresser de visionner le film.

Et si je vais vous parler de la différence qui m'a frappé entre le roman et le film, je vais déjà vous dire que j'ai largement préféré voir Philipp Marlowe en Humphrey Bogart que de lire ses aventures...

Philipp Marlowe est détective privé. Il est engagé par le général Sternwood, vieux milliardaire, père de deux filles d'une vingtaine d'années. Initialement, Sternwood demande à Marlowe d'enquêter sur des reçus qu'a signé une des deux filles. Reçus qui ne sont autre que des dettes.
Mais comme on peut s'y attendre, plein de choses viennent s'ajouter à cela. Les deux femmes. Carmen, celle qui a signé les chèques et qui est un peu folle, naïve ou tout le temps drogué, on ne sait pas trop. Et Viivan, plus posée qui prendra soin de sa petite soeur.
Et puis il y a un meurtre, un homme qui fait du trafic de livres pornographiques, le chauffeur des Sternwood retrouvé mort au volant de sa voiture au fond de l'eau et j'en passe...

Pour ce qui est du roman lui même, je l'ai trouvé assez sympathique mais sans avoir eu un réel coup de coeur. Marlowe prend la parole et plus on avance dans le temps, plus ça devient compliqué. Mais au travers de son héros, Raymond Chandler nous donne deux voire trois fois l'explication de la chose, ce qui nous permet de refermer le livre assez satisfait.

Ma curiosité étant ce qu'elle est, j'ai tout de suite mis le film en marche après avoir tourné la dernière page.
J'ai eu très peur car les premières scènes sont identiques à celles du livre, au dialogue près. Et au fur et à mesure que l'intrigue avance, on se rend compte que le réalisateur a pris une grande liberté. Pourquoi ? Pour Humphrey Bogart et Lauren Baccall je suppose.
Cette dernière joue le rôle de Vivian, rôle beaucoup plus important dans le film que dans le livre. Et le détective est bien plus séducteur dans le film que dans le livre (mais on ne pourra pas reprocher cela à Humphrey Bogart!)

Même la fin est différente ! Bien sûr, l'élément clé est le même, mais le tout ne se déroule pas de la même manière, ni au même endroit. La femme qui dans le livre aide Marlowe à s'échapper apparaît étrangement sous les traits de Vivian Sternwood/Lauren Baccall dans le film, alors que c'est une toute autre personne dans le livre.

Après être allée voir Blindness, je me demandais ce qu'on recherchait dans une adaptation. Je n'ai toujours pas la réponse à cette question, mais je sais que pour ce titre en particulier, j'ai largement préféré le film. Parce qu'il a réellement été adapté aux besoin de l'écran, avec de la séduction et de l'amour, et que les rôles ont aussi été adaptés pour les acteurs, un couple mythique.
Du coup, la magie opère bien plus à l'écran qu'au travers des pages, même si le roman reste sympa à lire !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joelle 11/11/2008 18:47

C'était mes lectures quand j'étais ado ... des livres empruntés dans la biblio de mes parents :)

Emeraude 12/11/2008 19:49


c'est toujours plus sympa quand ça vient de la bibliothèque des parents! :-)


chiffonnette 05/11/2008 21:16

Je garde un très bon souvenir de ce film! Mais il faut dire que j'aime particulièrement les acteurs!

Emeraude 06/11/2008 09:31


c'est un couple mythique !


Camille Dreyfus 04/11/2008 16:04

Je vous trouve un peu injuste pour ce roman de Chandler. Le grand sommeil est certainement un peu brouillon par endroits mais il comporte tellement de grands moments de pure beauté qu'on s'en accommode.

Quelqu'un a-t-il lu Un milliard et des poussières de Bertrand Latour. J'ai vu des gens en parler dans des commentaires ici et là...

Camille

Emeraude 06/11/2008 09:34


je suis bien d'accord, il est symathique ce roman. Il me semble même l'avoir dit dans mon billet... Pour un milliard et des poussières, Amanda en a parlé sur
son blog


Florinette 04/11/2008 12:18

Je préfère rester sur le beau souvenir du film !

Emeraude 06/11/2008 09:34


ah, Humphrey Bogart ne laisse que des beaux souvenirs ! ;-)


Tamara 04/11/2008 11:58

Tiens, il est dans ma PAL, celui-là !! ;-)
Je vais me dépêcher de lire le roman pour regarder le DVD avec Mister T. (il paraît qu'on l'avait déjà, le film... mais s'il ne me fait pas regarder les classiques, comment puis-je le savoir ?!)

Emeraude 06/11/2008 09:35


bah oui, comment pouvais-tu le savoir ?? Mais c'est toi qui me l'as emprunté, non ? (moi aussi j'ai parfois une mémoire de poisson rouge!)