Totto-chan, la petite fille à la fenêtre , Tetsuko Kuroyanagi

Publié le par Emeraude



Totto-chan est une petite fille très curieuse et un peu dissipée. A cause de cela, elle se fait renvoyer de son école. Elle entre alors dans une nouvelle école, Tomoe où les salles de classe se trouvent dans des wagons de train et où tout le monde peut s'asseoir où il veut, s'habiller comme il veut.
Cela se passe au Japon dans les années 1940.

J'avais entendu beaucoup de bien de ce petite livre qui me tentait à la fois pour le côté pédagogie de l'histoire et à la fois pour le fond historique de deuxième guerre mondiale au Japon.

Et j'ai été plutôt déçue.
J'ai pourtant été happée au début mais j'ai assez vite fini par trouvé le rythme très répétitif.
En fait, ce roman, adapté d'une histoire vraie, est très intéressant sur le fond.
Cette école, très différente de celle dont on a l'habitude, et encore plus au Japon dans les années 1940, est la preuve qu'une certaine pédagogie qui sort de l'ordinaire est beaucoup plus efficace pour apprendre aux enfants à respecter les autres, à grandir, à réfléchir surtout.

Le seul problème c'est que les chapitres sont très courts avec à chaque fois, un évènement qui est arrivé à Totto-Chan (l'auteure donc, aujourd'hui une vedette télé au Japon). C'est amusant au début mais on ne retrouve aucune nouveauté au fil des pages. Aucune nouveauté de construction et aucune évolution dans l'histoire. Ce ne sont que des faits relatés.
La 4è de couv nous parlent de fonds de seconde guerre mondiale, or, les enfants vivent dans l'ignorance totale de ce qu'il se passe dans le monde jusqu'au jour où ils doivent fuir et où leurs instituteurs sont mobilisés. C'est à dire, à la fin du livre.

En bref, je conseille assez vivement ce livre pour toute personne devant s'occuper d'enfant, maman, papa, nourrice, prof, instit... et même simplement pour les personnes qui s'y intéresse mais ce n'est pas un roman extraordinaire sur sa forme.

Dommage!

Publié dans Littérature japonaise

Commenter cet article

Mademoiselle Swann 20/02/2009 13:24

Les premières pages sont accrocheuses mais j'ai trouvé que ça manquait de relief, on reste toujours dans le même schéma: des anecdotes courtes sans véritable continuité, une petite fille attachante mais que l'on ne connait qu'à travers son rapport à l'école. On comprend bien la "morale" de l'histoire mais je regrette la monotonie du récit.

Emeraude 20/02/2009 19:47


oui, je suis d'accord. C'est un peu comme le livre "la vague" que je viens de lire et commenté ici : sujet intéressant mais roman pas top.


manon 13/10/2008 17:32

je ne suis pas d'accord avec toi car j'ai vraiment adoré ce livre même si il est vrai que le fond historique est largement dominé par le fond pédagogique. Mais c'est un livre remarquable et je suis littéralement tombée "amoureuse" de Tomoe et de son directeur. Je recommande vraiment ce livre pour les valeurs que l'on retrouve dedans mais il ne faut pas s'attendre à un roman purement historique .

Emeraude 14/10/2008 20:36


j'ai moi aussi beaucoup aimé les manières de Tomoé et le directeur. Mais heureusement que tu n'es pas d'accord, c'est plus intéressant d'en parler dans ce cas
là ;-)


Naina 20/08/2008 18:15

Précision : ce n'est pas un roman mais un récit.

Emeraude 20/08/2008 22:50


j'ai vu après que c'était autobiographique. On peut dire que c'est un documentaire romancé peut être, mais ça se lit, et ça se vend, comme un
roman...


Naina 20/08/2008 18:10

J'ai bien aimé ce roman. Je ne trouve rien à redire sur la forme et le fonds est intéressant. Cela permet de voir que certains Japonais savent résister au conformisme et qu'il existe aussi des écoles acceptant les différences.

Emeraude 20/08/2008 22:51


c'est ce que j'ai aimé : voir les différences


Aelys 13/08/2008 17:24

J'ai eu le même sentiment que toi et ai été déçue par le côté décousu et un peu puéril...

Emeraude 14/08/2008 22:05


c'est marrant, avant d'écrire mon billet, je n'avais parlé qu'avc des ens qui avait adoré sans aucune retenue Depuis, je trouve beaucoup plusde monde de mon
avis !