Le voleur de pandas, Alain Surget

Publié le par Emeraude




Dans la ville de Chongqing, les pandas du zoo disparaissent les uns après les autres. Toute la police est à la recherche du fameux voleur de pandas sans jamais réussir à mettre la main dessus. Li-Fong, un jeune garçon, aperçoit un jour une ombre et décide de le suivre, sans réfléchir.
C'est ainsi qu'il va se retrouver sur le sampan rouge du voleur de pandas...

Ce qui m'a attiré dans ce roman c'est le côté intrigue policière. Or, si on trouve quelques scènes digne d'un roman policier, il ne s'agit en rien du genre.
Chongqing est une ville bien industrielle de Chine et le jeune Li-Fong ne connaît pas grand chose de la nature.

Et ce voyage forcé va lui permettre d'apprendre beaucoup de choses...

J'ai trouvé ce roman très beau, peut être un peu trop léger ou un peu trop facile. J'aurai peut-être aimé plus de descriptions sur la vie dans les villages au bord des fleuves, ou bien dans les monastères lorsqu'ils en croisent un.
Mais je pense être trop exigeante.
C'est un roman à lire à partir de 11 ans et pour des enfants qui commencent à s'intéresser à la pensée asiatique, je pense que c'est un bon départ.

Si les thèmes principaux sont le simple fait d'être capable de comprendre et d'apprendre pour atteindre une certaine sagesse, il y a d'autres thèmes abordés qui sont très intéressants pour sensibiliser les enfants à l'avenir de notre planète ! Ne serait-ce que le sous-entendu de l'extinction de certaines espèces animales, ou encore comment l'homme (en occident en tout cas!) est en train de détruire la planète avec le progrès...

Un roman donc sympathique et intéressant, mais pas boulversant !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lael 23/06/2008 18:48

je l'ai vu au cdi du collège où je travaille, c'est vrai que les rageot romans sont assez faciles à lire destines pour les 11ans, mais si tu veux chez le même éditeur tu as la fiancée à la robe verte qui est très bien décrit: l'histoire d'une jeune fille de 15 ans qui est l'objet d'un portrait (on apprend bcp sur les techniques de peinture!)

Emeraude 24/06/2008 08:24


je note ce titre pour plus tard je pense, merci :-)


florinette 23/06/2008 16:56

À chaque fois que je vois un panda à la télé, je les trouve magnifiques de vraies peluches, mais il faut s'en méfier, derrière leur aspect gros nounours se cachent de véritables bêtes féroces !! Cela dit, je ne sais pas si ce livre me plaira...

Emeraude 24/06/2008 08:24


eh bien je ne savais pas que les pandas se révélaient être de véritables bêtes mais je te l'accorde, ils ont l'air de vraies peluches!


Lilly 23/06/2008 13:38

Ma première réflexion en lisant ton billet a été : comment est-ce qu'on peut planquer un panda ? C'est pas franchement discret, et je doute que ce soit aussi doux en vrai qu'en peluche...
Désolée, c'était ma pensée passionnante du jour ;o))

Emeraude 24/06/2008 08:25


hé hé... j'y ai pensé tout au long du livre figure toi! ;-) Bien sûr, il est en cage, mais c'est qu'il faut déplacer la cage ;-)


Lucile 23/06/2008 12:57

C'est sympa, ta période "jeunesse", ça nous permet de découvrir autre chose! (je parle pour tes lecteurs qui, comme moi ne seraient pas coutumiers du genre, mais alors pas du tout!)

Emeraude 24/06/2008 08:25


tu sais, moi non plus je n'étais pas coutumières du genre mais alors pas du tout!


Goelen 23/06/2008 12:36

j'aime bien l'idée de départ...

Emeraude 24/06/2008 08:26


C'est ça qui m'a tentée même si finalement, ça ne correspond pas vraiment à ce à quoi je m'attendais!