Pèlerin, William Bayer

Publié le par Emeraude

 Alors que Pam Barrett, dont la carrière journalistique risque de prendre fin, se réfugie parmi la foule de New York, elle assiste à un meurtre particulier...
Un faucon gigantesque a fait un vol piqué sur une jeune patineuse... Des touristes japonais se trouvaient là et Pam,  a eu la bonne idée de leur acheter leur film.
Cela fait un scoop d'enfer : un faucon, en plein New York, qui tue des êtres humains ? Est ce normal ? Pourquoi ? D'où vient il ? Va t il recommencer ? Y a t il un homme derrière le faucon ?

J'ai un avis très mitigé sur ce thriller... Je lai trouvé à la fois déroutant, sympathique, ennuyeux et original.
Déroûtant parce que nous savons dès le début qui tient les cordes (ou les jets du faucon plutôt!). Le suspens tient donc plutôt à savoir comment l'auteur va nous faire tenir encore 300 pages et surtout à savoir comment les protagonistes vont eux, s'en rendre compte.
Sympathique parce que c'est finalement assez simple, il n'y a pas de grandes révélations fracassantes là dedans.
Ennuyeux parce que William Bayer doit bien aimer les faucons et la fauconnerie mais moi pas du tout. Il n'y en a pas tant que ça mais j'ai bien senti passer toutes les descriptions d'oiseaux, de faucons, de fauconneries etc. Ca ne m'intéressait pas le moins du monde et même si c'est le sujet principal du thriller, ça n'apportait pas grand chose à l'intrigue elle-même.
Original parce que utiliser un faucon comme revolver, ce n'est pas commun... et c'est peut être pour ça que je peux dire que j'ai bien aimé cette lecture.

Mais c'est un bien sans plus.

Mon intérêt a soudainement repris à un moment donné et à partir de ce moment là, je n'ai pas bien compris la psychologie du tueur. ON ne nous en dit pas assez. Et puis cette fin avec Pam, à laquelle je m'attendais, je n'ai pas compris comment le processus était possible.
On ne nous dit rien et ça m'a gêné. Parce que du coup, j'ai trouvé ça très invraisemblable. Alors que je suis sûre que poussée psychologiquement, on pourrait tout expliquer.
En ce qui concerne la résolution du mystère par le policier, ou par Pam tout simplement, l'éclair leur arrive comme un cheveu sur la soupe et tout à coup tout devient limpide et ils comprennent tout ce qu'il y a à comprendre.

Ca m'a gênée parce que ça arrive tellement vite, alors que le début du thriller est plutôt lent, qu'à nouveau, j'ai trouvé ça invraisembable.

Ceci dit, je n'ai pas boudé ma lecture.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anjelica 06/05/2008 13:31

Je l'ai envoyé à Goélen lors du swap noir c'est noir :)

Emeraude 06/05/2008 23:47


oui, c'est grâce à son billet que je l'ai lu d'ailleurs!


Karine 03/05/2008 23:55

Je pense que je vais passer aussi... depuis qu'on nous lave mensuellement le cerveau avec des prédictions catastrophiques et pandémiques, je lis "oiseau" et je pense "grippe aviaire"!!! Donc, les faucons, très peu pour moi, surtout si l'intrigue est so-so!

Emeraude 04/05/2008 11:39


tu sais, on pourrait presque l'adopter ce faucon, parce qu'on se rend compte assez vite que ce n'est pas lui le vrai méchant dans l'histoire...
:-)


Lucile 03/05/2008 12:39

Mouais... J'avais déjà passé sur un autre blog... Pareil! ^_^

Emeraude 04/05/2008 11:34


fais donc, c'était sympa sans plus pour moi...


chiffonnette 02/05/2008 07:36

Moi qui ne suis pas franchement polar, je passe ma route! Et puis le zoziaux, je les préfère dans la nature qu'attachés à un fauconnier!

Emeraude 02/05/2008 08:40


ah, mais celui là vole aussi seul au dessus de New York, semant la terreur... ;-)


amanda 01/05/2008 23:44

en tout cas j'aime bien cette couverture!

Emeraude 02/05/2008 08:40


c'est déjà ça! ;-)