L'ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon

Publié le par Emeraude

undefined "(elle) prétend que l'art de la lecture meurt de mort lente, que c'est un rituel intime, qu'un livre est un miroir où nous trouvons seulement ce que nous portons déjà en nous, que lire est engager son esprit et son âme, des biens qui se font de plus en plus rares".

Ce n'est là ni la quatrième de couverture, ni le début de ce magnifique roman, mais juste un extrait qui représente pour moi en vérité si peu des émotions que L'Ombre du Vent m'a procuré.

Ca se passe à Barcelone, dans une Barcelone brumeuse, mystérieuse, envoûtante même parfois, en 1945. Mais plutôt entre 1900 et 1955.
Daniel, jeune garçon de 10 ans va faire la connaissance du Cimetière des Livres Oubliés grâce à son père, libraire. Il va alors adopter un livre, qu'il va devoir garder avec lui quoi qu'il arrive. Et ce livre va changer sa vie.

Ce n'est là qu'une infime partout de tout ce qu'on peut trouver dans ce roman. Un roman énigmatique, un roman amoureux de Barcelone, un roman amoureux des femmes, un roman amoureux de la vie. Un roman poétique où l'on prend un doux plaisir à lire de si belles descriptions des livres et de tout ce qu'ils peuvent nous apporter, de bien ou de mauvais d'ailleurs.
C'est un roman sur la vie je crois.
Il y a tout de même un grand suspens, il y a du récit dans le récit, il y a sans cesse des allers dans le passé.
On apprend petit à petit, on comprend au fur et à mesure que Daniel parcourt son propre chemin.
On s'attache à tous ces personnages, on ne comprend pas pourquoi il peut y avoir autant de haine parmi des gens qui furent autrefois amis. Mais on suit tous ces parcours qui se croisent, et qu'on aime ou qu'on déteste les personnages que Daniel va croiser, ils sont tous plus intéressants et intriguants les uns que les autres.

Ce roman est un concentré de pur bonheur en 600 et quelques pages. Un roman où l'on voudrait prendre Daniel par la main pour l'accompagner dans son apprentissage si étrange. Apprentissage par les livres, certes, mais pas comme on l'entend.
Apprentissage des femmes aussi !
Et là, en tant que femme, je dois tirer mon chapeau à Fermin, l'ami de Daniel qui, je trouve, lui donne des leçons très justes, et si son langage pourrait parfois être un peu plus châtié, j'ai remarqué quelques phrases magnifiques sur les femmes (mais malheureusement je n'ai pas noté les pages).

Entre descrptions magnifiques des livres, des villes, de l'amour, de l'amitié, de la famille et des femmes, L'Ombre du Vent est un vrai roman plein d'énigmes, plein de supsens et comme dirait la quatrième de couverture "un labyrinthe d'aventures et de secrets "enterrés dans l'âme de la ville"".

Magnifique et envoûtant !:-)

PS : Merci Amanda de me l'avoir prêté ! Ca faisait longtemps que je voulais le lire, et je crois bien qu'il fait désormais des livres à avoir dans sa bibliothèque, pour pouvoir le relire au gré de ses envies...
PPS : Roman lu dans le cadre du challenge ABC. Lettre Z, Pays Espagne. Il me reste jusqu'au 31 mars pour lire 15 livres ! (malgré les pavés, je pense que je devrais pouvoir m'en tirer non ?;-))

Publié dans Littérature espagnole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hannibal le lecteur 29/07/2009 15:26

Un chef-d'œuvre.
Et plus que quelques semaines avant la parution de Jeu de l'Ange.
J'en frémis déjà.

Elora 15/06/2009 21:18

Je l'ai lu en début d'année et ça a vraiment été un gros coup de cœur. Entre apprentissage, Histoire et littérature, l'auteur nous offre une merveille.

Emeraude 20/06/2009 19:14


oui l'ombre du vent fait désormais partie des classiques !


Nicolas 09/06/2009 13:03

Il y a bien une virtuosité chez cet écrivain, et pourtant, vers le milieu du roman, ça m'a lassé. J'avais constamment l'impression que l'auteur improvisait, d'où le côté décousu qui m'a assez déplu. J'ai abandonné, finalement.

Nicolas 09/06/2009 13:02

Il y a bien une virtuosité chez cet écrivain, et pourtant, vers le milieu du roman, ça m'a lassé. J'avais constamment l'impression que l'auteur improvisait, d'où le côté décousu qui m'a assez déplu. J'ai abandonné, finalement.

Emeraude 20/06/2009 19:02


tu n'es pas le premier je crois... peut être le deuxième ! ;-)


Amandine 07/04/2008 13:19

Un très beau livre comme on aimerait en lire plus souvent.

Emeraude 07/04/2008 20:57


c'est très vrai !