Palermo Solo, Philippe Fusaro

Publié le par Emeraude

undefined

Voilà un livre court mais vraiment riche, happant, plein d'émotions.
Pour vous donner une idée, je vous livre la 4è de couverture qui reflète très bien toute l'atmosphère absolument envoûtante de ce livre

"Le baron est né à l'aube du XXè siècle.
Le baron n'a rien vu, ni rien su de ce qu'était le XXè siècle dans sa seconde moitié.
Le baron est originaire de C.
Le baron a dû quitter sa vlle natale parce que la Mafia l'a condamné à ne plus y retourner, sauf le 2 novembre, jour de la Fête des Morts.
Le baron est un homme d'honneur, il paie sa dette de sang, il paie d'avoir battu à mort un garçon issu d'une famille d'un autre clan.
Le baron vit depuis plus de cinquante ans dans une suite du Grand Hôtel et des Palmes à Palerme, via Roma, à deux pas du port, à deux pas de la mer.
Le baron est une rumeur qui circule dans la ville blessée de Palerme".


Le baron ne tient pas spécialement de journal intime, même s'il a essayé au début. Mais on lit quand même ces pensées de temps à autre. Il a passé 10 ans enfermé dans la suite 204 de peur de croiser son ennemi dans le couloir.
Puis il passera le reste de sa vie enfermé dans l'hôtel. Il y rencontrera des acteurs connus, des gens moins connus mais tout aussi singuliers. Il va se lier d'amitié avec le barman, Matteo, avec Elsa la femme de chambre, ainsi qu'avec Michele et Franco, de la direction.
Et puis il va rencontrer celle qui ressemble fortement à Ava Gardner.

Je crois que j'ai lu là mon premier coup de coeur de l'année. Non seulement j'y ai retrouvé une ambiance propre au monde de l'hôtel que malgré tout, j'aime mais c'est en plus une belle histoire d'amour, d'amitié, de souffrance, de solitude.
C'est un livre très fort, très triste, très dur même dans un sens.
Le baron est vieux, il a passé près de 50 ans dans la suite 204 du Grand Hôtel et des Palmes, c'est peut être le meilleur client de l'hôtel mais pourtant, il est si fragile qu'on a envie de lui prendre la main et de lui chuchoter que ça va aller, en italien, parce que c'est la seule langue que sa mère lui a apprise, la seule qu'il comprend.

Il y a un passage que j'ai particulièrement aimé, parce que pour moi, il est plein de douceur, plein d'amour, plein de souffrance, plein de nostalgie.
Il est en français, en anglais et en italien. Les trois langues que je suis capable de vraiment maîtriser et de comprendre. Et je crois que c'est pour ça que j'ai aimé ce passage à ce point-là. C'est un peu la preuve que parfois une seule langue ne suffit pas à dire tout ce qu'on a sur le coeur.

...
la suite 204
et elle pleura, pleura
à coups de sorry, sorry
à coups de tomorrow
tomorrow, honey,
sorry, sorry
I must leave
I must leave
et lui,
il donnait des tapes douces dans son dos
nu, dans sa robe,
il tapotait son dos, la calmer, chut,
amore,
pchhhh...
amore, tutto andrà bene
non ti preoccupare,
sono qui
et lui,
il ne comprenait pas l'anglais
il comprenait
sorry
honey
il ne comprenait pas I must leave
il en craignait
il en saisissait
le sens
non ti preoccupare
amore
sono qui
con te
sorry, sorry,
honey
I must leave
lo so
lo so
lo capsco, amore
calmati,
calmati, amore,
sono qui...

PS : merci encore frérot pour ce magnifique cadeau d'anniversaire ! :-)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Goelen 10/01/2008 09:13

@ emeraude : avec plaisir. c'est une petite librairie indépendante tout juste informatisée, dans une petite rue piétonne, à la limite de la vieille ville au mans (mon ancien fief). C'est une librairie généraliste qui met en avant les petits éditeurs, l'art et la poésie à côté des romans et autres livres qui se vendent mieux. Il faut oser pousser la porte car c'est petit mais une fois qu'on est dedans on s'y sent bien. Et les conseils de valérie sont toujours excellents ! Et quand je cherche une bd, je fais quelques mètres et je vais chez Bulle. Là c'est fou rire assuré car ils sont complètement fous mais ont toujours de très bons conseils et m'ont fait découvrir plein de choses très différentes...
Va les voir si un jour tu viens au mans!!

Emeraude 10/01/2008 09:53

Si jamais je viens au Mans un jour, je n'hésiterai pas... mais je ne sais pas si j'irai au Mans un jour !

goelen 09/01/2008 22:52

Ca fait un moment que ce livre me fait de l'oeil chez ma libraire préférée. Promis la prochaine fois je craque...

Emeraude 09/01/2008 23:10

je l'ai vu en coup de coeur dans un virgin aujourd'hui, ça m'a fait plaisir... Et si tu me parlais de ta librairie préférée ??

sylire 08/01/2008 22:13

J'avais lu de cet auteur "le colosse d'argile". J'en garde plutôt un bon souvenir"

Emeraude 08/01/2008 22:49

Je note ce titre !! Merci Sylire :-)

Karine 08/01/2008 00:10

Encore un titre qui me tente aujourd'hui!!!! L'extrait que tu as placé donne vraiment le goût de voir de quoi il s'agit!

Et parfaitement d'accord quand tu dis qu'une langue ne suffit pas!!! Je ne dis jamais "exactement" la même chose en français et en anglais. C'est pour ça que je change fréquemment d'une langue à l'autre dépendant du sujet à traiter, au grand dam de plusieurs personnes!!! :)))

Emeraude 08/01/2008 09:28

Français, anglais, italien... il m'arrive même parfois de placer deux ou trois expressions québécoises dans mon vocabulaire (surtout à l'époque où j'hébergeais ma copine québécoise, j'avais le goût de parler québécois à tous les jours ;-))Ceci dit le bouquin est vraiment très bien donc note le !! ;-)

arpenteur 07/01/2008 19:24

Très tentant.
Merci
Et c'est vrai que les hotels ont quelque chose de magique...
http://virgules.over-blog.com/article-5380281.html

Emeraude 07/01/2008 22:04

J'ai déjà lu ton article... Tu m'avais fait parvenir le lien à la suite d'un billet où je parlais de mon travail. En tout cas "palermo solo" a une atmosphère très intéressante pour nous qui aimons la magie des hôtels :-)