La douceur des hommes, Simonetta Greggio

Publié le par Emeraude

undefined Je n'avais jamais entendu parler de ce livre avant que Stéphanie ne se mette à faire des cadeaux à tout son entourage et à me dire "c'est le livre que j'offre à tout le monde".

Et comme on a déjà fêté Noël entre blogueuses parisiennes, j'ai découvert avec joie dans la hotte du père Noël (brillamment customisée par Zag d'ailleurs ;-)) ce fameux petit livre.

Pour une fois, j'ai lu la 4è de couverture :
Toute ma vie, j'ai aimé, bu, mangé, fumé, ri, dormi, lu. De l'avoir si bien fait, on m'a blâmée de l'avoir trop fait. Je me suis bagarrée avec les hommes pendant plus de soixante ans. Je les aimés, épousés, maudits, délaisés. Je les ai adorés et détestés, mais jamais je n'ai pu m'en passer... La chaleur des hommes, qui m'a si bien enveloppée, ne fait que me rendre plus odieux ce rand froid qui avance. Il n'y a pas de bras assez puissants pour m'en préserver, dans la nuit qui vient.


Tout est dans le titre. La douceur des hommes... c'est doux, comme les hommes ;-)
Stéphanie m'a dit qu'il ne fallait pas que je sois choquée. :-) Eh bien pas du tout ! Ca m'a fait sourire, ça m'aurait presque fait pleurer aussi.
Juste parce que je suis très sensible aux histoires de grands-mères, ayant perdu les miennes récemment. Je suis très sensibles aux souvenirs de ces personnes parce que je trouve qu'elles ont toutes eu une vite fascinante, chacune à leur manière.

La vie de Fosca qu'on lit ici, par bribes, par ses souvenirs à elle, légèrement tronqués, ce qui leur donne une saveur exquise, et qu'on lit ensuite par des billets, des mots dans des carnets qu'elle a écrit par ci par là est tout simplement magnifique.

J'ai adoré le style, à la fois simple et si riche. Un peu déroutant au début. On passe du récit de Fosca à celui de Constance mais ça donne un aspect tellement... magique à ce lien qu'on pense vite à juste prendre du plaisir avec ce livre.

Je pourrai vous mettre les 150 pages de ce livre en extrait tellement j'ai aimé la moindre phrase mais je vais me contenter de deux extraits que j'ai particulièrement aimé.

"Je la sentais frissonnante d'une sorte de fièvre qui veut dire quelque chose de très difficile à quelqu'un qu'on aime, comme lorsqu'on veut demander à quelqu'un s'il nous aime, mais qu'on n'ose pas, comme quand on se dit qu'on n'y arrivera pas"

"(Les femmes) se traînent aux pieds des hommes. Elles veulent de l'amour et de la sensualité : mais, le savent-ils, l'amour et le sexe, c'est la même chose pour nous, les femmes. Nous ne le leur disons pas, pour ne pas les effrayer. Mais au fond, c'est un piège honnête"

Vous l'aurez compris, ce livre est aussi doux que son titre le promet et Stéphanie a bien raison de l'offrir. En tout cas merci Stéphanie de me l'avoir fait découvrir !!


PS : rien à voir mais les réponses du jeu seront en ligne mardi 25 décembre (avant midi) !!
Et JOYEUX NOELLE !!!

Commenter cet article

nath 12/08/2008 07:25

Ce livre m'avait été envoyé lors d'un swap... J'en avais beaucoup aimé sa lecture et ces portraits de femmes...

Caro[line] 13/01/2008 11:54

Ca y est, j'ai lu ton billet puisque j'ai enfin rédigé mon billet sur ce roman ! (A paraître après le Club des Théières de cet après-midi.) J'ai beaucoup aimé ! Une vraie douceur, un plaisir qu'on savoure. :-)

Emeraude 13/01/2008 12:03

Vivement tout à l'heure qu'on en parle alors :-)

Joelle 29/12/2007 18:40

Et tu sais quoi dire pour nous tenter à ton tour !! Je note :)

Emeraude 29/12/2007 23:31

Je suis ravie d'avoir donné envie :-)

anjelica 27/12/2007 22:58

j'ai bien aimé également cette lecture :)

Emeraude 27/12/2007 23:56

Bienvenue au club alors :-)

vespcondove 24/12/2007 19:39

Ti auguro un dolce Natale
Je te souhaite un très bon Noël à toi et aux tiens.
Mille bisous

Emeraude 25/12/2007 01:49

Grazie mille :-)