La maison des célibataires, Jorn Riel

Publié le par Emeraude

jr-celibataires.jpg

J'ai vu ce titre chez Chiffonnette le mois dernier et il était parti tout de suite sur ma LAL. Grâce au fameux dîner ivres-échanges, j'ai pu repartir avec :-) Merci Chiffonnette !

Quand j'ai refermé le livre, je ne savais pas quoi penser.
C'est tellement court! C'est beaucoup trop court en fait!
Dans la maison des célibataires vivent 5 célibataires, de vieux amis, qui commencent à s'inquiéter pour leur vieux jours. C'est alors que l'un d'entre eux décide d'épouser la Veuve, malgré sa réputation de marâtre et ses biceps réputés pour avoir tuer son premier mari, tout ça parce que elle a quand même 200 moutons... Ce qui leur permetterait de vivre correctement tous les 5 jusqu'à la fin de leur vie.

C'est trop court. Je ne le dirai pas assez.
C'est presque hilarant, c'est drôle, c'est génial, c'est un petit conte doux et méchant et rigolo. (Ok, je vais utiliser tous les synonymes de drôle dans cet article!)
On y voit beaucoup de choses, à la limite du correct parfois, mais toujours avec cette touche d'humour.

Et  ce que j'ai préféré, c'est l'amitié qui y règne. On ne connaît rien des personnages à part une courte description de chacun d'entre eux.
Je vous livre celle de Kodak, que je trouve la plus exquise, bien qu'il y ait celle de Joseph et Abraham juste avant, qui sont jumeaux!

"Le dernier s'appelait Kodak. Il n'avait qu'un oeil, mais avec lequel il voyait relativement bien, et il était doté d'une mémoire phénoménale. Personne n'avait jamais entendu parler de ses parents, mais comme il parlait bien le groenlandais, on supposait qu'il était né au Groenland".

J'ai vraiment beaucoup apprécié cet aspect de conte dans ce petit roman que je ne peux m'empêcher d'appeler "conte". Ca tourne autour d'une maison si vieille que plus personne ne sait à qui elle appartient, il y a une Veuve marâtre, des remèdes d'eau-de-vie, un personnage qui travaille tellement le charbon que sa peau en est devenu noire et qui ne se lave que pour aller à l'église, soit deux fois par an.

Bref, c'est à grand regret que j'ai fermé les dernières pages parce que j'aurai bien accompagné ces cinq célibataires encore plus longtemps.
Ce sont 5 célibataires mais ce sont aussi et surtout 5 amis, qui feront tout pour resté aussi liés que les 5 doigts de la main, sans que rien ni personne ne puisse les empêcher de vivre heureux à ne rien faire dans leur vieille maison.
Une belle histoire d'amitié donc!

Et la biographie de l'auteur par lui-même à la fin, ("Un racontar, c'est une histoire vraie qui pourrait passer pour un mensonge. A moins que ça ne soit l'inverse?" ) m'a vraiment donné envie de découvrir ses autres oeuvres !

Publié dans Littérature danoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne-Sophie 27/09/2007 21:53

Les racontars de Riel me font hurler de rire. C'est vraiment rafraîchissant et ça change tellement de la littératuire tradi/

Emeraude 28/09/2007 19:06

je suis entièrement d'accord avec toi ! ça change et ça fait respirer de nouvelles choses, et ça c'est toujours une bonne chose ;-)

mo 25/09/2007 22:22

le garçon qui voulait être un homme (titre d'après mes souvenirs...) c'est très bien aussi, beaucoup plus conte que roman, en trois courts livres. je vais me jeter sur celui-là maintenant!

fashion victim 25/09/2007 18:05

Ah, maintenant que tu l'as lu, tu me le prêteras ?

Emeraude 25/09/2007 18:44

avec plaisir !

sylire 24/09/2007 23:25

Oui c'est très sympa comme petit livre. Un peu court c'est vrai, mais je l'ai lu il y a un petit moment et je n'ai pas oublié le ton qui s'en dégage.

Emeraude 25/09/2007 17:34

Comme on dit, ce n'est pas la quantité qui fait la qualité!

Izzabel R. 24/09/2007 15:07

Bien le bonjour !

Tu en parles si bien que tu m'as donné envie de le lire ! J'aime beaucoup ta façon d'écrire, à la fois vive et spontanée. Promis je reviendrai te lire sur ton p'tit blog.

Izzabel R.

Emeraude 25/09/2007 17:33

Merci Izabel! J'adore donner envie de lire :-)