Magnus, Sylvie Germain

Publié le par Emeraude

magnus.jpg Magnus, c'est un ours en peluche, seul réel témoin de l'enfance de Franz-Georges. Ce dernier, né pendant la deuxième guerre mondiale, n'a aucun souvenir de ce qu'il s'est passé avant ses 5 ans.
Sa mère, Théa, fait en sorte de tout lui réapprendre, de lui réapprendre sa langue, sa famille et toutes ces autres choses nécessaires que l'on apprend à un enfant.

Je me suis plongée dans Magnus avec un plaisir extrême.
J'ai adoré le début, qui nous explique que lorsqu'on raconte une histoire, on ne raconte que des fragments de l'histoire car personne ne peut se souvenir de tout. (j'en fait un résumé très gros et qui paraît fade comme ça, mais Sylvie Germain l'explique certes brièvement à la première page, mais de manière beaucoup plus délicate!)
Ainsi, les chapitres ne sont pas des chapitres, mais des fragments. Parce qu'on lit seulement quelques passages de la vie de cet enfant qui grandit, qui voyage, qui se cherche.
Entre certains fragments, l'auteur nous offre des Notules, visant à nous expliquer soit une très brève biographie d'un personnage secondaire mais au final important, soit un évènement historique.
On trouve également des Séquences, extraits d'autres livres, poèmes ou essais ; des Résonnances et des Echos, visant à nous faire revenir en arrière ; un Intercalaire qu'on pourrait aussi appeler digressions qui m'a bien amusée ; un Palimpeste ou encore une Litanie.

Au fur et à mesure, on grandit avec Franz-Georges, qui s'appelera aussi Franz, Adam et puis Magnus. On le suivra autour du monde, en quête du passé, et de l'avenir, et de l'amour.
On voudra à tout prix qu'il se souvienne, on voudrait lui prendre la main, lui lire des livres d'histoire, et faire un bout de chemin avec lui.

J'ai lu "Magnus" en une nuit. (Et pourtant, au boulot j'ai eu le temps de faire le travail de 2 personnes et demi vu qu'on est en fort manque de personnel, en plus de lire le livre en entier, de faire quelques parties de Tétris, de discuter avec mon collègue... alors n'allez pas dire que je ne travaille jamais !!)
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre.
Je trouve la plume de Sylvie Germain vraiment très belle, à la fois simple et originale.

Je suis en général toujours attiré par les livres, romans, fictions ou autres qui évoquent la seconde guerre mondiale. Ce que j'ai particulièrement apprécié dans celui-là, c'est que la guerre n'est que le point de départ. On évolue vers complètement autre chose au fil des pages et pourtant, ça reste tout autant prenant.

Magnus, c'est un ours en peluche, et c'est un homme.
Pour moi, c'est surtout une très belle et dure quête de la Mémoire. Avec un "M" majuscule. La Mémoire au côté de l'Histoire, indissociable l'une de l'autre.

J'avais été légèrement réticente au début, je ne sais plus trop pourquoi d'ailleurs. Au final, je suis ravie d'avoir passé la nuit avec Magnus et je vous le conseille vivement :-)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jenny 12/11/2007 18:23

bonjour, j ai bcp apprécier ce livre, je suis justement entrain de l étudier en cours, mais je n arrive pas à comprendre ces notules, ces fragment, je ne comprend pas la structures de ce roman. Que voulait expliquer l'auteur avec ce squelette?
j ai un test demain et il faut vraiment que je comprenne. Si quelqun pouvait me répondre aujourd'hui ca serais vraimen cool!
merci beaucoup

Emeraude 12/11/2007 20:12

désolée, je ne suis pas une professionnelle de la littérature. Je ne suis pas vraiment là non plus pour aider les étudiants à comprendre les livres, mais je peux quand même te dire que pour moi, les "fragments" à la place des chapitres c'est la preuve (et elle le dit au début) que lorsqu'on raconte une histoire, on ne raconte jamais tout. On choisit ce qu'on met en avant et ce qu'on passe sous silence.Le sujet du roman tourne autour de la mémoire de Magnus, ça a peut être un rapport avec ça...Après, je suis incapable de te faire une analyse du roman et du squelette!

sylire 27/10/2007 16:12

Je te rajoute en lien sur mon article. C'est étonnant comme les billets sont différents les uns les autres sur le même livre. Etonnant mais sympa ! Cela donne plusieurs éclairages sur une même lecture.

oswald 27/08/2007 21:27

J'ai adoré aussi ce livre, que je viens d'acheter ce jour en version Poche.
Une très belle écriture, l'invention des "notules", "sequence" et "fragment" est assez déroutante, mais correspond bien au récit.
Un livre de Sylvie GERMAIn que j'ai encore plus apprécié: "Tobie des Marais", toujours cette tonalité dramatique des romans de SG, mais une histoire que j'ai trouvé encore plus touchante

Emeraude 28/08/2007 18:01

J'en ai déjà noté pas mal de Sylvie Germain! Merci pour le conseil

Lou 26/08/2007 21:55

chouette, je l'ai en poche ! je vais pouvoir me lancer !

Emeraude 27/08/2007 09:21

chouette ! je vais voir si tu as autant aimé

jos du livrophile 22/08/2007 23:28

Tout comme toi, cette quête identitaire m'a littéralement envoûté. Sylvie Germain possède un merveilleux talent de conteuse. Merci pour cette très belle critique !