Les villes invisibles, Italo Calvino

Publié le par Emeraude

2020016109.jpg
Je ne sais pas par où commencer tellement il y a de choses à dire !
J'adore Italo Calvino, j'aime son esprit un peu déjanté, son côté fantastique, sa plume légèrement surréaliste, les noms loufoques de ses différents personnages, les habitudes étranges de chacun d'entre eux...

J'ai retrouvé tout ça, ou presque, en tout cas un bon petit mélange dans Les villes invisibles.
C'est un peu difficile à résumer.
Il s'agit en fait de Marco Polo qui raconte à l'empereur Kublai Kahn ses récits de voyages. Il lui parle de toutes ces villes qu'il a connues, traversées, rêvées, imaginées.

Ce livre n'est pas réellement un roman, sans être non plus un recueil de textes. L'auteur a écrit plusieurs textes, chacun sur une ville différente (toutes ayant pour nom un prénom féminin, parfois classique comme Olivia ou Chloé, parfois étrange comme Zemrude ou Foedora, ), qu'il a regroupé sous les thèmes suivdoisneau.jpgants :

- Les villes et la mémoire
- Les villes et le désir
- Les villes et les signes
- Les villes effilées
- Les villes et les échanges
- Les villes et le regard
- Les villes et le nom
- Les villes et les morts
- Les villes et le ciel
- Les villes continues
- Les villes cachées.

Certaines villes m'ont beaucoup plus plu que d'autres. D'autres m'ont paru complètement hermétiques. Et d'autres encore tellement improbables qu'il m'a vraiment fallu faire un effort d'imagination.

Chaque partie du livre commence par un dialogue, ou un échange entre Marco et Khan, et se termine de la même façon.
Sans dire que j'ai préféré ces parties là parce qu'elles me paraissaient plus accessible à l'imaginaire, j'ai vraiment apprécié les dialogues, les images, les questions posées au travers de ces échanges. Surtout quand Marco réussit à raconter ses récits avec rien de plus qu'un simple échiquier.

J'ai beaucoup aimé ce livre parce que ces villes invisibles titillent notre imagination, nous donnent envie de voyager, de s'envoler, de regarder, d'attraper les petits secrets qui font qu'une ville est nôtre.
J'ai beaucoup aimé parce que j'adore la plume de Calvino, qui est pour moi vraiment unique.

Pourtant, je suis sortie de cette lecture en me disant que j'étais passé à côté de quelque chose. Ce n'est pas un roman mais il y a quand même un début et une fin. Clairement dans les échanges du voyageur et de l'empereur, des questions philosphiques restent en supsens.
Je me suis dit : là, il y a une métaphore, quelque chose de plus que le simple fait de nous donner l'envie de voyager et de chérir sa propre ville, quelque chose de plus que le simple fait de nous faire lever les yeux et de voir toutes les merveilles  ou toutes les ordures que notre ville a à nous offrir.

Alors, comme j'étais au boulot (oui, bon, maintenant vous le savez tous que je lis au travail ;-)), et que je ne pouvais pas faire mon billet tout de suite (Internet au travail n'est malheureusement pas aussi large qu'on l'aimerait, beaucoup de sites sont bloqués et OB fait parti de ceux-là), j'ai tout de même taper "les villes invisibles" sur google.
Résultat : 367 000 en 0,13 secondes !

Et en cliquant sur quoi, 5 liens maximum, je n'ai pas du tout été satisfaite !
C'est comme si j'avais terminé le livre trop vite, c'est comme si je voulais que Calvino lui-même vienne m'expliquer (pourtant il y a une préface de l'auteur qui justement, explique certaines choses mais pas assez à mon goût), c'est comme si je ne voulais pas que ce livre s'arrête.

Parce qu'au final, tant pis si je suis passée à côté de la métaphore de l'urbanisme et des citadins d'aujourd'hui, j'ai passé un excellent moment à goûter à chacune de 55 villes aux noms alléchants, aux rues envoûtantes, au passé rocambolesque et aux milles et une merveilles qu'on saura voir simplement en fermant les paupières à demi.

Verdict final : j'en veux encore :-)

Publié dans Littérature italienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc 14/04/2008 08:13

C'est l'un des "grands livres" de ma vie. Et beaucoup parmi ceux là sont de Calvino. Pour mieux le comprendre, tu peux lire les "Leçons américaines" du même auteur où il explique quelles sont, selon lui, les valeurs en Littérature. Mais la force de ce livre est qu'on peut l'apprécier sans le comprendre, en devinant simplement qu'il a beaucoup de sens cachés.

Emeraude 14/04/2008 20:46


J'aime beaucoup aussi l'oeuvre de Calvino en général (ce que j'en ai lu du moins), mais je ne sens pas le besoin, plusieurs mois après cette lecture, de lire un
livre qui l'expliquera. Le souvenir que j'en ai est suffisant! ;-)


Choupynette 22/08/2007 22:43

Je me souviens avoir lu au collège Marcovaldo ou les saisons en ville (du moins je crois que c'est ce titre-là). J'avais beaucoup aimé.

Stephanie 22/08/2007 08:28

@emeraude : merci pour ces conseils
en fait, je viens de me rappeler que j'ai déjà ;u "le baron perché" mais il y a très très longtemps (fais ma vieille! :p)
vais ajouter à ma lal "si par une nuit d'hiver"

Emeraude 22/08/2007 16:12

J'espère que si par une nuit d'hiver un voyageur te plaira ! Mais en général, Calvino ne s'oublie pas ;-)

sylire 20/08/2007 22:22

J'avais adoré "le baron perché" et pourtant j'en suis restée là. Dommage... alors je note et je vois à la biblio ce qu'ils ont de lui.

Emeraude 21/08/2007 09:43

Dommage, c'est le mot ! Mon préféré de Calvino (et je suis loin de les avoir tous lu), reste "si par une nuit d'hiver un voyageur", si jamais ils l'ont à ta biblio ;-)

claire 20/08/2007 19:18

ca donne envie!

Emeraude 20/08/2007 19:21

achète-le, emprunte-le, vole-le, mais surtout lis-le !! ;-)