Autobiographie d'une courgette, Gilles Paris

Publié le par Emeraude

Autobiographie-d-une-courgette-Gilles-Paris--298245.jpg
Vous savez ce que j'aime le plus dans mon boulot ? C'est que j'ai le temps. Le temps de quoi ? Le temps de lire bien sûr !
Et, malgré le manque de personnel, j'ai le temps d'avaler toute une autobiographie d'une Courgette tellement attachante !!

La Courgette, de son vrai nom Icare mais vous zavez pas intérêt à l'appeler comme ça, a tué sa mère par accident en jouant avec le revolver. Il voulait tuer le ciel en fait.
Il se retrouve donc aux Fontaines, dans un foyer où là, il commencera vraiment à vivre, à 9 ans. Il découvrira l'amitié et l'amour, sous toutes ses coutures.

C'est facile à lire parce que c'est écrit par un gamin de 9 ans. (Bon j'avoue que les "c'est le père à untel" et autre "je regarde le fils au voisin" m'ont fait grincer des dents au début mais on s'y habitue, quoique...).

Cette courgette est vraiment adorable, j'aime les questions qu'il se pose et j'aurai bien aimé faire partie de sa nouvelle famille. C'est dailleurs bien pour ça que je ne l'ai pas quitté de la nuit ! (ne vous méprenez pas, la demie-heure de métro dans chaque sens aide aussi!) Et je suis même un petite peu triste de ne pas le retrouver en me réveillant tout à l'heure pour partager à nouveau ses aventures, ses découvertes, et sa façon de voir la vie en couleur.

Parce que même si le sujet est grave (la mère d'une enfant arrive avec un revolver parce qu'elle a peur qu'une zéducateur lui pique sa place, la tata de Camille fait croire à tout le monde qu'elle est gentille alors qu'en vérité elle utilise Camille comme Cendrillon, le papa de Ahmed est en prison... tout ça, ce n'est pas vraiment gai), ce livre est plein d'optimisme.
Ca m'a un peu fait retombé en enfance avec les jeux, les devoirs à faire à la maison, les sorties en groupe et les "pourquoi" à chaque phrase qu'un adulte prononce.

J'ai passé un agréable moment avec Courgette et ses amis dont j'admire le courage et l'amour qu'ils sont capables de se porter les uns aux autres malgré les dures épreuves qu'ils ont déjà eu à passer si jeunes.
Marcher dans la rue, le nez dans le livre pour le terminer juste avant d'arriver et de vous donner mon ainsi avis avant d'aller me coucher m'a donné le sourire et je pense que je vais faire de très beaux rêves ! :-)

Enfin, car il faut bien finir par quelque chose (je crois que j'ai quitté les Fontaines trop vite, j'ai encore envie d'y être!), voilà un tout petit extrait que j'ai adoré.
"Les rides, c'est rien qu'une boîte à questions pas posées qui s'est remplie avec le temps qui s'en va"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

J. 08/06/2008 14:33

Il me reste 10 pages à lire et j'ai pas envie de les lire car j'adore trop et je veux pas que ça se finisse.

;)

Emeraude 08/06/2008 22:23


tu as sûrement dû finir depuis... Qu'en penses tu ?


Celine 28/08/2007 22:22

Oh j'avais adoré ce petit bouquin ! Plein de magie, plein de vérité ! Des expressions à faire dégonfler la mise en pli d'une mémé ! Un très bon souvenir !!

fashion victim 16/08/2007 10:31

Bonne idée!! :))

chiffonnette 15/08/2007 19:27

Dans ma PAL quand je mettrai la main dessus au détour d'un chemin!

fashion victim 15/08/2007 18:30

Moi aussi il faudrait que je le fasse passer de la LAL à la PAL...

Emeraude 15/08/2007 18:58

je l'amènerai au prochain dîner livres-échanges si tu veux :-)