Les livres qu'on lit parlent-ils de nous ?

Publié le par Emeraude


Avant, lorsque j'étais adolescente, au lycée ou même à la fac, je lisais beaucoup, c'est vrai.
Je lisais plus que mes amis (sauf ceux qui étaient dans ma classe en bac Littéraire mais je dois avouer que je n'avais pas beaucoup d'amis sur ce tas de 30 élèves), je lisais plus que ma famille.
Mais je ne lisais pas du tout régulièrement.

Je lisais surtout beaucoup l'été, pendant les vacances scolaires, au soleil, au bord de la piscine. J'enchaînais 4 à 8 bouquins selon la teneur des vacances.

Et depuis, mes lectures ont toujours suivi le même rythme. Pendant un temps, je lis beaucoup. Parce que je trouve ou parce qu'on me conseille de bons livres. Et soit je tombe sur un livre qui ne me plaît pas et donc je ne lis plus pendant un certain temps. Je passe plutôt mon temps dans le métro à révasser, écouter de la musique ou plutôt écouter la conversation des gens.
Soit, au contraire, je tombe sur une pure merveille et là, je n'arrive plus rien à lire après. Parce que rien n'arrive à la cheville du bijou avec lequel j'ai passé quelques jours.

Et depuis que j'ai commençé ce blog, je m'étonnais de lire toujours et encore. De n'avoir presque que ça à faire. Lire, lire, lire. Tous les livres que j'ai ouvert depuis "L'aveuglement" m'ont fait avancer de quelques manières que ce soit.
Et jusque là, je n'ai jamais été déçue. Même si tous les livres ouverts n'étaient pas des merveilles, ils étaient tous bons, chacun à leur manière.

Je vous avouerais donc que j'avais peur de tomber sur un livre qui ne me plairait pas et me donnerait envie de faire autre chose pendant un temps.
Et si je ne lis plus pendant un mois ou deux ? Qu'advient-il de mon blog? Il reste en ligne, c'est sûr. Je peux rester vivante sur la blogosphère en visitant et commentant les vôtres. Mais si le mien reste inerte ?
Ce blog est devenu à part entière dans ma vie et je crois que je m'en occupe comme je devrais m'occuper de mes plantes. (je n'ai pas vraiment la main verte et c'est bien dommage...)

Et voilà que ce que je craignais est arrivé : un livre qui ne me plaît pas.
Je me suis vite rendue compte qu'il ne me plaisait pas mais j'aurais pu continuer à le lire. Je me disais que ça aurait été intéressant d'insérer des critiques négatives ici. Ca manque, je trouve.
Mais non, je pars à Paris en métro sans même prendre le livre dans mon sac et je ne lis pas pendant trois jours.
C'était la catastrophe.
Ce livre, La joueuse de go, je le lirai sûrement un jour. Je n'ai lu que 50 pages, à peine. Mais ces chapitres d'une page, où on saute d'un personnage à l'autre un chapitre sur deux, où l'auteur ne nous laisse pas le temps d'apprécier un personnage ou une situation, même si on le retrouve un chapitre plus loin, me déplaît fortement.
Ce n'est pas la première fois que j'ouvre un livre présenté ainsi, et ce n'est pas la première fois que je le referme aussi vite.

Alors est venu la grande question : j'abandonne ou je me force ?
Si j'abandonne, ça veut dire quoi ?
Mais si je me force, je n'apprécie plus une des choses que j'aime le plus au monde. Alors à quoi bon ?

Pour faire une légère digression, je regarde en ce moment la série Grey's anatomy. Et je dois avouer que j'aime tellement que j'ai eu l'envie de faire un article en apparté sur le blog. Ca sera peut-être pour plus tard. Toujours est-il que dans un épisode, une interne dit à quelqu'un que demander à un chirurgien quelle spécialité il va choisir est la question la plus personnel qu'on puisse lui poser : ça révèle complètement sa personnalité.
Est-ce que ce n'est pas pareil pour nous lecteurs ? En fonction des livres qu'on lit, c'est sûr, personne ne peut nier nous connaître un tout petit peu au moins (ne parlons pas de ce qu'on écrit!).
Mais peut-on nous juger en fonction des livres qu'on referme avant la fin ? Et surtout si on referme un livre avant la fin ?

J'ai arrêté de réfléchir, ça donne trop mal à la tête ;-)
J'ai regardé ma pile de livres qui attendent sagement chacun leur tour et j'ai pris le premier sur la pile (sans forcément que ça soit celui que j'avais choisi de lire après) : Lutetia, de Pierre Assouline.
J'ai commencé hier, j'ai déjà lu 171 pages. Ce roman, c'est tout l'inverse au niveau de la forme.
Et je sens que d'ici peu, j'aurais beaucoup beaucoup de choses à dire dessus !

Ca me rassure, ça me fait même revivre... virtuellement en tout cas ;-)

Publié dans De tout et de rien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

boo 01/06/2007 17:08

C'est fou je me reconnais entièrement dans ta description....nous avons les mêmes états d'âmes,du moins en ce qui concernent les livres.
En tout cas bravo pour ton blog et même si tu finis pas certains livres ( ça nous arrive à tous) tu écris drôlement bien!!!
et ton blog est excellent. bonne continuation.

Emeraude 01/06/2007 18:19

ça fait toujours du bien de "rencontrer" quelqu'un qui nous comprend;-)  Merci beaucoup, je vais aller voir ton blog un peu plus en profondeur (j'ai seulement jeté un coup d'oeil pour l'instant!)

Marie-Line 31/05/2007 14:29

J'aime bien cette question.. et en y réfléchissant bien, je crois effectivement que les livres qu'on lis parle de nous. Ne faut-il pas s'identifier, un temps soit peu, à un personnage? Même si on est complètement différent.. il y a toujours une touche de soi dans un personnage que l'on trouve attachant ( ou une touche de ce qu'on aimerait être...) Alors, si l'on ferme un livre avant la fin, c'est peut-être car on ne s'identifie pas à ce livre, on en a pas besoin ( du moins pour le moment.. certain livres ne nous plaisent pas.. puis des années plus tard on les dévorent!) Bref.. je vais continuer d'y réfléchir, mais j'aime cette question!! Aussi, tu sais, j'avais pris du retard pour la lecture de ton blog.. et depuis tout à l'heure je me met à jour, sans m'ennuyer une seconde. Tu te dois d'être fière de ton blog.. il est passionnant!! Merci

Emeraude 31/05/2007 16:56

Merci pour tes encouragements :-)

cinderela 29/05/2007 22:41

Quand j'ai le temps, je lis beaucoup (1000 pages par semaine, c'est une moyenne en vacances) et souvent, je tombe sur des livres que je n'aime pas/
Eh bien tant pis, je les laisse et j'essaie autre chose. Par exemple, j'aime beaucoup A l'est d'Eden (Steinbeck), je l'ai lu 4 ou 5 fois. Mais je n'ai
jamais pu dépasser la page 50 des Raisins de la colère.
je pense que l'on a des sensibilités différentes les uns des autres et qu'il en est des livres comme du reste. Si ça ne plaît pas, ce n'est pas la peine d'insiter, c'est juste que cela ne nous convient pas !
Bises

Emeraude 29/05/2007 22:54

j'ai fini par comprendre ça aussi, surtout grâce à vous toutes! ;-) Alors merci encore (j'ai dit combien de fois merci aujourd'hui??)Et puisque tu parles d'un livre de Steinbeck dont je n'ai jamais entendu parler, je vais en profiter pour m'y essayer un des ces 4 !

djino 29/05/2007 14:27

je me retrouve beaucoup dans ta description concernant les habitudes de lecture que tu decris depuis ton enfance. Qant à ta question, certainement que l'on dévoile des choses à parler de nos lectures. Et concernant ce livre qui ne te "plait pas", je me demande si ça vient réellement du livre... Peut être certaines autres conditions propices ne sont pas réunies, et il faut attendre un peu... Peut-être...

Emeraude 29/05/2007 17:44

je ne pourrais pas être plus d'accord avec toi cher djino ! J'ai découvert que tous les livres ne sont pas appréciés selon le moment, l'état d'âme, l'âge, les envies... C'est pour ça que je n'ai pas abandonné l'idée d'essayer à nouveau ce livre, un jour... :-)

K.Rine 27/05/2007 21:00

On pourrait dire : "dis-moi ce que tu lis (ou pas) et je te dirai qui tu es", non?! ;)
Bel article en tout cas.

Emeraude 28/05/2007 09:09

C'est tout à fait vrai! J'aime beaucoup ton blog, je vais le mettre dans mes favoris :-)