La vie en 4*

Publié le par Emeraude


01-hotel-littre-terrace10.jpg

Voilà de nouveau un texte de ma plume, tout neuf, à la sortie d'une dure nuit de labeur...
Enjoy ;-)

Imaginez une petite rue parisienne, cachée derrière les champs-élysées, la place de la Concorde, Le Louvre, Montmarte...
Une petite rue pleine de charme.

Au numéro 15 de cette rue, se trouve un hôtel 4*.

Monsieur Grandchamp de Crespet aime beaucoup descendre dans cet hôtel.
Quand il arrive, un voiturier souriant lui ouvre la porte de son taxi et lui souhaite la bienvenue.
Monsieur Grandchamp de Crespet entre dans l'hôtel et passe devant un bagagiste qui, sa valise déjà en main, lui dit bonjour avec le sourire.
Monsieur Grandchamp de Crespet se dirige vers la réception et est accueilli par une jeune fille qui, avec un très joli sourire dit "Bonjour Monsieur Grandchamp de Crespet, comment allez-vous?"

Au numéro 9 de cette même rue, se trouve une petite allée.
Quand Eloïse arrive, un voiturier lui dit "salut" en tirant sur sa cigarette, grelottant de froid sur le trottoir.
Eloïse entre dans l'hôtel et passe devant les poubelles, ainsi qu'un bagagiste qui lui fait signe de la main.
Eloïse se dirige vers les vestiaires.
Il y a quelques femmes de chambres qui l'accueillent en parlant entre elles dans une langue qu'Eloïse ne comprend pas.

Monsieur Granchamp de Crespet est arrivé un peu tôt ce matin, la chambre n'est pas encore prête.
La jeune fille l'invite à s'installer au bar prendre un café, offert bien sûr.
Monsieur Granchamp de Crespet s'assoit confortablement et ouvre un journal.
20 minutes plus tard, la jeune fille vient lui annoncer que la chambre est prête et elle lui donne les clefs. C'est la chambre numéro 302, sa préférée.
Monsieur Granchamp de Crespet change alors sa veste et sa cravate pour un jean et des baskets.

Eloïse est arrivé en avance ce matin et avant de se changer, elle décide de prendre un café.
Elle s'installe dans la caféteria et ouvre un magasine qui traîne sur la table.
5 minutes plus tard, le café fini, et un bout de pain avalé, Eloïse se dirige vers le vestiaire.
Elle change alors son jean et ses baskets pour un tailleur jupe et des escarpins noirs.

Il est 13h00, Monsieur Granchamp de Crespet commence à avoir faim.
Il descend au restaurant qui est plein.
Le maitre d'hôtel accueille Monsieur Grandchamp de Crespet avec un grand sourire et lui trouve une petite table dans un coin où il ne sera pas dérangé par le bruit des autres clients.
Monsieur Grandchamp de Crespet commande une tranche de foie gras en entrée, puis une sole meunière, et une daquoise au chocolat pour terminer.
Il s'est régalé. C'était délicieux, comme d'habitude. La note va directement sur celle de sa chambre.
Monsieur Grandchamp de Crespet se sent un peu fatigué, il remonte alors dans sa chambre se reposer.

Il est 13h00. Eloïse a le ventre qui gargouille depuis déjà deux heures.
Elle descend à la caféteria dès que son collègue en est remonté.
La caféteria est pleine.
Mathieu fait un signe à Eloïse qui lui a gardé une petite place à sa table.
Eloïse va chercher une petite salade de carottes râpées en entrée, poulet frite en plat principal et un yaourt nature pour terminer. Le tout pour 3,17euros.
Elle n'est pas vraiment rassasiée, ce n'était pas très bon, comme d'habitude.
Eloïse se sent très fatiguée, elle est arrivée à 6h30, elle est restée debout toute la matinée. Elle remonte alors travailler.

Durant l'après-midi, Monsieur Grandchamp de Crespset a décidé de se promener dans Paris et de profiter du soleil qui se veut encore un peu timide.
Il ne revient que très tard le soir, après avoir mangé dans un restaurant chic, bu plusieurs verres en compagnies de charmantes personnes dans un bar réputé, et s'allonge sur son lit en ayant pris soin auparavant de passer par la réception pour leur demander un réveil à 8h le lendemain matin.
Ce n'est pas la même jeune fille.
C'est un homme, il est tout seul. A cette heure tardive, c'est lui qui répond à toutes les demandes de Monsieur Grandchamp de Crespet.

Durant l'après-midi, Eloïse a envie de profiter du soleil. Elle décide de se promener alors un peu dans Paris.
Au bout de 30 minutes, elle a trop mal aux jambes.
Elle s'arrête dans le premier café qu'elle trouve et commande un perrier citron.
Elle rentre chez elle tout de suite après et s'affale sur son lit, à 20h, en ayant pris soin auparavant de programmer son réveil pour 5h le lendemain matin.
C'est encore le shift du matin pour Eloïse.
Après, elle sera en week-end. Mardi et Mercredi.

A 10h, après avoir pris un petit-déjeuner complet avec café, jus d'orange, viennoiseries, céréales, oeufs, bacon, yaourt, fromage et salade de fruits, Monsieur Grandchamp de Crespet descend à la réception pour partir.
Il demande à la jeune fille à la réception que quelqu'un s'occupe de son bagage et qu'on lui appelle un taxi.
La jeune fille prend le téléphone et fait le nécessaire tout en lui faisant vérifier sa facture.
Monsieur Grandchamp de Crespet règle sa note. La nuit, 350euros. Le dîner, 80euros. Le petit-déjeuner, 23euros. Le parking, 30euros. Un film, 16euros. Du mini-bar (que Monsieur Grandchamp de Crespet ne se souvient pas avoir pris mais peu lui importe) 25 euros.
Total : 524euros.
La jeune fille, avec le sourire, lui remet son ticket de carte bleue avec sa facture dans une enveloppe qu'elle ferme avec soin.
Elle lui souhaite un très bon voyage et espère le revoir très bientôt.

A 10h, après avoir pris une pause de 5 minutes où elle a pu manger une barre de céréales, Eloïse est à la réception pour faire le départ de Monsieur Grandchamp de Crespet.
Elle appelle le bagagiste pour qu'il aille chercher la valise de Monsieur Grandchamp de Crespet dans sa chambre et qu'il prenne soin de la mettre dans son taxi.
Elle appelle le voiturier pour qu'il commande un taxi qui soit là dans les 10 minutes, Monsieur Grandchamp de Crespet déteste attendre.
Elle lui fait payer et signer sa facture.
Elle lui souhaite un bon voyage et espère ne pas le revoir quand il sera de retour.

Elle ouvre une enveloppe fermée avec soin que sa direction lui remet.
Salaire de base : 1300 euros. Indemnités nourriture : 130 euros. Ursaff. Charges patronales. Versement transport. Mutuelle. Autres charges patronales. Net imposable. Remboursement carte orange.
Net à payer : 1064 euros.

Publié dans Mes écrits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

djino 29/05/2007 14:37

...Mais assurément j'en sais beaucoup plus en lisant ici... ;oD

Emeraude 29/05/2007 17:43

j'étais énervée ;-) mais si tu veux en savoir plus sur l'hôtellerie, il germe dans ma tête un recueil de nouvelles avec les "cas" que j'ai rencontré la nuit... mais ce n'est qu'une germe dans ma tête pour le moment!

Emeraude 15/04/2007 19:46

En effet, inspirer à la sortie de plus de 12h de travail de nuit...

agnes 15/04/2007 19:21

Très mignonne petite histoire, ca sent un peu le vécu non ?!